Le chill out : espace de repos

C’est un espace de repos, de retrait et de réassurance pour les usagers en difficultés avec les effets immédiats des produits. A l’abri du son (dans la mesure du possible), il s’agit d’une tente aménagée, permettant de se poser, voire de s’allonger. La gestion du lieu est assurée par deux éducateurs.

En premier lieu, lors de l’accueil de l’usager, nous cherchons à savoir comment il s’est rendu sur le lieu de la teuf, avec qui et comment il compte repartir. Nous essayons dans la foulée d’identifier un ami, pour éviter notamment de le voir abandonné sur le lieu de la fête sans possibilité de rentrer chez lui. Cette présence amicale peut également servir à rassurer l’usager en difficulté, qui ne connait pas les intervenants et pourrait s’en inquiéter.

Il s’agit de faire l’état des produits consommés au cours de la soirée pour tenter d’évaluer au mieux la situation. Un repérage des symptômes (fièvre, mydriase, tremblements, incohérence des propos) permet d’envisager une évacuation sanitaire le cas échéant et de dépister les risques d’OD.
Il convient de proposer aux usagers en bad trip une approche rassurante. Rappeler que les produits ont une durée d’action limitée dans le temps et que les désagréments ressentis ne seront que passagers. La relation doit permettre d’établir un climat de confiance et d’empathie avec l’usager. Lorsque la personne va mieux, en général le lendemain matin, nous pouvons évoquer les désagréments de la veille et suggérer, si cela est encore nécessaire, d’arrêter de consommer la substance responsable de ce bad trip ou au moins de limiter les doses. En général les usagers ayant connus ce genre d’expérience très désagréable et sont souvent de futurs « ex usagers », bien que cela ne soit pas systématique.

[Source : Michel MONZEL, Educateur Spécialisé, Coordinateur du Service En Amont – Prévention des addictions et des conduites à risques]