Risques d’une consommation de cannabis

  • Produit illicite le plus consommé en France
  • La consommation a doublé entre 1990 et 2000 et la teneur en THC du cannabis en circulation actuellement est de plus en plus importante (skunk, sinsemilia….)
  • à 17 ans, 6,5% déclarent un usage régulier (plus de 10 joints par mois) et 3% déclarent un usage quotidien

Les effets du Cannabis

« Pétard du matin, poil dans la main ; pétard du soir, trou de mémoire».

  • Euphorie, bien-être, détente, sentiment de planer, de mieux ressentir la musique ou l’ambiance de la fête…

MAIS

  • Altérations des capacités de concentration, de raisonnement, de mémoire surtout, et de logique,
  • Avec augmentation du  temps de réaction… ce qui pose des problèmes dans les apprentissages et dans la conduite d’un véhicule.

Diverses études font état d’une influence bien plus négative de la consommation de cannabis avant l’âge de 16 ans : les perturbations observées persisteraient plus longtemps.
On observe que les consommateurs de cannabis atteignent un moindre niveau d’études, de diplômes et de revenus que les non-consommateurs.

En d’autres termes, «Le cannabis n’induit pas de régression notable des connaissances acquises par un sujet et reste compatible avec une vie professionnelle sans grands projets, ni ambitions, ni remises en questions majeures ; il empêche par contre l’adolescent de se cultiver, de progresser, d’entreprendre, d’imaginer. Le temps perdu ne se rattrape guère et ainsi le cannabis peut « plomber » des destinées.»
[Source : J. Costentin – Professeur de Pharmacologie. « Nouveau regard sur le cannabis » – Unité de Neuropsychopharmacologie à la Faculté de Médecine & Pharmacie de Rouen ]

Le cannabis et le corps

  • Céphalées, sécheresse de la bouche, mydriase, yeux rouges…
  • Puis : bronchites à répétition (3 à 4 joints/jour = 1 paquet de cigarettes)
  • Troubles du sommeil

 

Les modes de consommation

Le plus courant = le joint (tabac + cannabis fumés)
Nouveaux modes de consommation : systèmes d’inhalation sans tabac, ce qui rassure faussement le consommateur en véhiculant une image positive.
Systèmes à eau :

Systèmes à sec :

  • Les vaporisateurs : coût élevé, problème de température de chauffe insuffisante qui libère le  seul THC (effet de stress aigu) et pas le cannabidiol anxiolytique d’où : attaques de paniques.

 

Détection du cannabis

  • Dans les urines :
    • Recueil facile
    • Test positif ne veut pas dire « sujet sous influence »
    • Persiste plusieurs jours après consommation (1 à 30 jours)
  • Dans le sang :
    • Recueil plus fiable
    • Permet de dire: « sujet sous influence« 
  • Dans la salive :
    • Semblable au taux sanguin
    • Test de plus en plus réalisé lors des contrôles routiers systématiques
  • Dans les cheveux :
    • Véritable « mouchard » des consommations (persistance à 90 jours)

    Tests cannabis : auto évaluation de cannabis

    Pour évaluer votre consommation de cannabis, vous pouvez répondre aux questionnaires ci-dessous.

    1. Le questionnaire DETC/CAGE Cannabis

    1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de cannabis ?
    2. Votre entourage vous a-t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation de cannabis ?
    3. Avez-vous déjà eu l’impression que vous fumiez trop de cannabis ?
    4. Avez-vous déjà eu besoin de fumer du cannabis dès le matin pour vous sentir en forme ?

    >> Deux réponses positives (ou plus) sont évocatrices d’une consommation nocive.

    2. Questionnaire CAST Cannabis Abuse Screening Test

    1. Avez-vous déjà fumé du cannabis avant midi ?
    2. Avez-vous déjà fumé du cannabis lorsque vous étiez seul ?
    3. Avez-vous déjà eu des problèmes de mémoire quand vous fumez du cannabis ?
    4. Des amis ou des membres de votre famille vous ont-ils déjà dit que vous devriez réduire votre consommation de cannabis ?
    5. Avez-vous déjà essayé de réduire ou d’arrêter votre consommation de cannabis sans y parvenir ?
    6. Avez-vous déjà eu des problèmes à cause de votre consommation de cannabis (dispute, bagarre, accident, mauvais résultat aux examens…) ?

    >> Deux réponses positives au test doivent vous amener à vous interroger sérieusement sur les conséquences de votre consommation.
    >> Trois réponses positives ou plus devraient vous amener à vous faire aider.

    [Source : Beck F., Legleye S., Reynaud M., Karila L., Pr Michel REYNAUD, Hôpital Universitaire Paul Brousse, Villejuif]

    Important :

    L’association du cannabis avec d’autres drogues augmente la possibilité que votre consommation ait des conséquences graves pour vous ou pour votre entourage.

    Je consomme, tu consommes, il consomme… : Que faire ?

    • Ne pas rester seul
    • Rencontrer une personne pour vous aider à :
      • gérer vos émotions
      • ne pas « soigner » vos états de colère, d’angoisse, de tristesse… par cette consommation
      • vous détendre autrement
      • lutter contre l’ennui…
      • parler de ce qui vous préoccupe, inquiète, angoisse…
    • Cette personne est quelqu’un en qui vous avez confiance (ami, professeur, famille…)
    • ou un professionnel de santé (infirmier, médecin, psychologue)

    L’important est de se sentir accueilli sans jugement…et de trouver vous-même de nouvelles aptitudes pour vivre sans produit.

    Contacts

    • Écoute Cannabis : 0 800 91 20 20
    • SUMPPS Médecine universitaire
      • Nancy : 03 83 68 52 00
      • Metz   : 03 87 31 50 35
    • CSAPA Nancy : 03 83 37 05 72
    • CMSEA Metz : 03 87 75 69 69
    • Centre Baudelaire Metz : 03 87 76 97 32

    Liens utiles

    Institut national de prévention et d’éducation pour la santé :
    INPES :  www.inpes.sante.fr
    Mission interministérielle de lutte contre les droques et les conduites addictives :
    MILDT : www.drogues.gouv.fr

     

    [Sources :

    •   Journée « la prise en charge de la consommation de cannabis » 22 mai 2012-CHU NANCY
    •   Abrégé d’addictologie du Professeur M. Lejoyeux – Service psychiatrie-addictologie – Hôpital Bichat-PARIS
    •   Atelier entretien motivationnel et cannabis – Dr P COURTY – séminaire Clermont-Ferrand – juin 2011 ]